Catalogue
Français

Teatro Lirico, ''Hans Heiling''

Cagliari

Les deux personnages, un grand dodécaèdre à gauche et une dent gigantesque de narval à droite se réfléchissent dans le grand fond ZSM - Miroir Magique (18 m x h 11 m).La partie postérieure de la scène est obscurcie et les objets mis derrière du fond résultent invisibles.De grande impression scénique c'est le moment dans lequel Heiling montre à Anna sa propre maison ...
Voir tous
... une espèce de wunderkammer ou cabinet de curiosités.Grâce à leur éclairage graduel, les objets symboliques mis derrière de fond semblent paraître du rien, comme pour magie.L'échange d'éclairage provoque le passage du ZSM - Miroir Magique d'une situation de réflexion à une de transparence.
L'éclairage des objets mis derrière le ZSM - Miroir Magique a été augmenté ici pour lequel, sur cette image, la transparence du fond est encore grande.Élément central de la scénographie de Pier Luigi Pizzi, le fond divise la partie antérieure de la scène, où il se déroule l'action, du postérieur, que dans cette scène est occupée par quelques objets symboliques gigantesques.
Les deux parties de la scène, celle-là devant et celle-là derrière le fond ZSM - Miroir Magique sont éclairées uniformément ici et le fond se trouve donc dans une situation intermédiaire entre la réflexion et la transparence.
L'éclairage derrière le fond ZSM - Miroir Magique est baissé ...
... jusqu'à s'éteindre.Selon Platon, le dodécaèdre est le seul polyèdre d'ici lequel ils peuvent être circonscrits et inscrit les autres quatre solide réguliers, polyèdres qui peuvent être circonscrits et inscrit dans une sphère, connu par lui et associé aux quatre éléments: cube / terre, octaèdre / air, icosaèdre / eau, tétraèdre / feu.Substantiellement le dodécaèdre était considéré une synthèse symbolique de l'univers.
À travers le fond ZSM - Miroir Magique on voit ici en transparence le dessin d'un des fonds peint par Rinaldo Rinaldi sur toile ASC1000S - Sceno 1.000 cm, ici embrasé de lumière rouge.Le prologue de l'opéra à qui il se réfère cette image se déroule dans un monde souterrain peuplé par gnomes.La rédaction originaire du Hans Heiling prévoyait la présence d'un choeur féminin, le choeur de voix blanches, les gnomes sont interprétés par enfants, c'est une variante introduite par la représentation de Cagliari.
À travers le fond ZSM - Miroir Magique on voit ici en transparence le dessin d'un des fonds peint par Rinaldo Rinaldi sur toile ASC1000S - Sceno 1.000 cm, ici embrasé de lumière rouge.Ici, la reine mère, entourée par le choeur des gnomes, tente de dissuader le fils Hans Heiling du laisser le sous-sol pour se rendre en surface dans le monde humain, qui lui apportera souffrance seulement.
Opéra romantique en un prologue et trois actes
Musique
Heinrich Marschner (1795-1861)
Libretto
Eduard Devrient
au début destiné à Felix Mendelssohn
Première
Berlin, Königliches Opernhaus, 24/5/1833

Scénographie, costumes,
mise en scène
Réalisations picturales
Rinaldo Rinaldi
Atelier de scénographie
Rubechini Carlo
Direction technique
Paolo Calanchini

Réalisation du décor
Teatro Lirico de Cagliari
Saison
2003-2004

Vidéo & Documentation

Teatro Lirico Cagliari, ''Hans Heiling''

Matériaux utilisés dans ce décor

ASC - Sceno

Toiles

BSU - Super Gobelin

Tulle

FOT - Otello

Velours

Pier Luigi Pizzi

Quelques Maîtres

QLA - Laccato

Films décoratifs

ZSM - Miroirs en QSM - Magic Mirror Film

Rideaux projection / transparence