Français

Teatro Rossini

Lugo di Romagna (Italie)

Le rideau confectionné en FOT - Otello avec des NDA - Décorations appliqués sur tissus et doté de mécanismes pour Rideau à la grecque et Rideau à l'italienne, il est décrit si par le grand scénographe de Modena Koki Fregni (1930-1994), projeteur des oeuvres de scène rétabli par la restauration de 1986.«Le lambrequin et le rideau, sûrement confectionnés dans la période entre les deux guerres, ils présentaient une telle pauvreté des matériaux et d'exécutions qui aurait été absurde de proposer de nouveau. Alors on s'est faite une analyse attentive et ils se ont introduits, aussi pour raisons de sûreté, matériaux à la règle.On a substitué la décoration peinte avec ce brodé et reporté.On a refaite l'héraldique de la commune au bas relief brodé.NFR - Franges, NAG - Agremani et NFI - Glands ont été appliquées avec modération, aussi pour ne pas abîmer la mesure qui heureusement appartient à la salle.»Koki Fregni, en: Pier Luigi Cervellati, Il Rossini di Lugo - Sul restauro di un celebre teatro, Nuova Alfa Editoriale, 1986, page 94.
Voir tous
Encore Koki Fregni sur le Rideau à l'italienne motorisée.«On a emploié une motorisation silencieuse à vitesse variable pour permettre l'ouverture à l'italienne ou impériale, comme il est tradition dans le théâtre de l'opéra, (beaucoup se sont regretté d'avoir renoncé à ce merveilleux mouvement).En même temps et avec les mêmes moyens d'ouverture, il est possible à la grecque aussi, plus aptes pour le spectacle en prose.»Koki Fregni, op. cit., ibidem.L'ouverture du Rideau à l'italienne a été réalisé avec un système motorisé sur mesure.Pour le fonctionnement du Rideau à la grecque on a installé un système de patience 1L - Laser.Le rideau est ouvert sur les Rideaux de scène noirs confectionnés en COS - Oscurante.
L'ouverture du Rideau à la grecque réalisé avec un système de patience 1L - Laser motorisé. Cervellati, professeur à l'Université d'Architecture de Venise, à la fin des travaux déclarera les principles inspirateurs des lignes il guide de celui-là qui, plus qu'une restauration, pour la fidélité observée à la restauration d'une situation préexistante, une opération d'entretien conservatif peut être définie, malgré le bâtiment il versât en conditions particulièrement dégradées.«... le meilleur compliment auquel nous souhaitons sera ce qui dira: ''Le théâtre ne semble pas non plus restauré. Il est celui-ci le théâtre de toujours, ce qui avions dans notre mémoire''. C'est-à-dire: ''C'est le théâtre qui imaginions qui fût, aussi en ne l'ayant pas jamais vu''.»Pier Luigi Cervellati, op. cit., pag. 48.
La plante, de la forme d'une cloche de la cavea, a été dessinée par l'architecte suisse Francesco Ambrogio Petrocchi (1706-1778), que en 1759 construit les mur externes, le toit, et termina la façade. Petrocchi était en dispute avec l'architecte bolonais Scandellari, sur les formes de l'intérieur du théâtre, et la dispute fut tellement vive, que les administrateurs de Lugo, pour la faire terminer, décidait de confier la tâche de terminer le théâtre à l' ''architecte imperial de Carlo VI empereur'' Antonio Galli Bibiena (1697-1774), parmi les plus grands architectes et scénographes italiens du '700, dont on souvient quelqu'un entre les plus importants exemples d'architecture théâtrale (à la suite il s'ntéressera aux travaux du Teatro Comunale de Bologna, commencé en 1763, et à ceux du Teatro Scientifico de Mantova, commencé en 1767).
La plante, avec la courbe des loges disposée à fer de cheval, est celle de la restructuration exécutée en 1819 par l'architecte mantouan Leandro Marconi (1763-1837), qui ajouta la galerie et modifia la structure d'ouverture de scène, en donnant au Teatro Rossinil'aspect restauré de 1986.Mais les proportions restent les originelles, projetée par Petrocchi qui, resté intacte, montre un rapport métrique et modulaire de la planimetrie - qui trouve correspondance dans le levé - où à la cavea et à la scène sont réservée les proportions égales.
La comparaison entre la partie transversale de Petrocchi et celui du projet de restauration de 1986 confirme que l'implante structurale du projet de 1759 est arrivé à nos jours invarié.La différence la plus évidente concerne l'aplatissement du plafond de la salle, introduit par le Marconi en 1819 avec le but d'insérer un poulailler sur au quatrième ordre des loges. Le théâtre fut inauguré officiellement en 1761, et en 1859 dédié à Gioachino Rossini (1792-1868) pour célébrer le lien qui unit le génie de Pesaro à la ville emilienne où il a vecu, encore jeune, de 1802 à 1804.
Ce détail appartient à un tableau commandé à l'institut Albrizzi de Venise en décembre 1764, et il est la seule trace à documenter l'aspect originaire du théâtre comme Bibiena l'avait projeté, et qui garda la courbure à cloche des loges ainsi comme Petrocchi l'avait projetée.Pier Luigi Cervellati déclare: «Bibiena intervient sur beaucoup de choses, mais surtout il travaille pour faire les scènes, l'ouverture de scène et les décorations des loges. Son intervention à été fondamentale pour ce qui concerne le résultat final de la salle et grand a été son travail de surface, de décorateur et scénographe, mais pour la structure et la forme de la salle et des loges, de la scène, l'auteur reste Petrocchi ou mieux, on peut le déduire du relief très semblable au dessin de Petrocchi.»Pier Luigi Cervellati, op. cit., pag. 26.
La partie axonométrique du projet général de restauration de Pier Luigi Cervellati (dessin: M. Migliari et G. Rosso) met en relief les parties essentieles du théâtre à l'italienne (scène, cavea, loges) et sa directe dérivation d'une place couverte.«Ce n'est pas un cas que dans le théâtre de Lugo l'espace reservé à la scène est égale - millimétriquement idéntique - à celui occupé de la cavea.Au début du XXe siècle on a parlé beaucoup de ''théâtre totale''.Un théâtre totalement passionnant - spectateurs et acteurs - en une unique action.A présent, aussi les plus acharnés défenseurs du ''théâtre total'' reconnaissent dans le ''théâtre à l'italienne'', le vrai et unique théâtre où se réalise la communion des fonctions et des parties.Et il ne pouvait pas être autrement, parce que le ''théâtre à l'italienne'' né de la place, des décors qu'on construit dans le lieux publiques en occasions des carroussels, des tournoi, des manifestation où les participants - comme dans les processions religieuses du moyen age - voient et agissent en même temps.»Pier Luigi Cervellati, op. cit., page 37.
Le Teatro Rossini est un théâtre à l'italienne avec salle en fer de cheval, quatre étages des loges et paradis, 500 places.

Un parmi les plus ancien théâtres à l'italienne conservés jusque à aujourd'hui.
1759
Costruction des structures
Francesco A. Petrocchi - projet
1760
Réalisation de l'intérieur
Antonio Galli Bibiena - projet
1819
Restructuration des intérieurs
Leandro Marconi - projet
1855
Restauration des décorations en stuc
Benedetto Crescentini - décorations
1986
Restauration
Pierluigi Cervellati - projet et directions des travaux
Koki Fregni - projet de la scénotechnique

Voir aussi ...

1. Système aux cintres

Porteuses et machines de scéne

1L - Laser

Systèmes de patience

2MS - Moteur S pour systèmes de patience

Moteurs pour systèmes de patience

COS - Oscurante

Tissus obscurcissants

FOT - Otello

Velours

NAG - Agremano

Passementerie

NBT - Bords ajourés

Passementerie

NDA - Décorations appliqués sur tissus

Passementerie

NFR - Franges

Passementerie

Rideaux à l'italienne

Typologies de rideau

Rideaux à la grecque

Typologies de rideau

Rideaux de scène noirs

Rideaux acoustiques