Français

Teatro de la Zarzuela, ''La Generala''

Madrid

Avec cette collaboration, Emilio Sagi et Daniel Bianco continuent l'excellent du Teatro Real de Madrid, où, pour cinq ans, au metteur en scène et au scénographe elles ont été confiées, respectivement, la direction artistique et celle technique. Le manège, autour à qui s'articulent la scénographie et l'action du second acte, est douté de fonds verticaux en BGO - Gobelin blanc sur lequel il a été peint un paysage exotique fluvial. Le tulle vient, naturellement, utilisé pour réaliser des jeux de transparence, grâce à qui les motifs du paysage peint se superposent à tout ce qui arrive sur le manège. Les Rideaux de scène noirs utilisés par le décor ont été confectionnés en FBR - Bruxelles noir.
Voir tous
Un des fonds verticaux en BGO - Gobelin blanc sur lequel on a peint un paysage exotique fluvial. La Generala c'est le résultat le plus évident de l'influence qui, aux débuts de Neuf-cents, les modèles de l'opérette viennoise exercèrent sur la tradition espagnole de la musique lyrique légère, jusqu'à ces années apanage exclusif du zarzuela considéré le genre lyrique national pour excellence. La séquence photographique illustre la réalisation du manège utilisée dans le second acte.
En évidence les dispositifs à roulement utilisé pour faire monter et descendre les fonds en Tulle Gobelin sur lequel le paysage fluvial a été peint.Une des conséquences les plus voyantes du confluer de l'opérette autrichienne dans le zarzuela fut le changement des reconstitutions qui de régionaux devinrent plus ou moins exotiques.«Le libretto de Guillermo Perrín et Manuel de Palacios, pas très différent de ce de La veuve gaie raconte d'un monarque imaginaire, maintenant détrôné par son trône de Molavia, un pays imaginaire, et réfugié en Angleterre - Sagi le fait paraître dans le prélude étendu sur un fauteuil, en caressant une couronne énorme et en sommeillant avec la marche réelle qui joue sur un vieux phonographe.»Marcelo Cervelló-Eroles, L'opera, n. 225, page 54.
L'entrelacement de La Generala, qui suit les tentatives tortueuses de combiner un mariage d'intérêt pour le fils du roi de Molavia, il comprise les trames de la femme entreprenante d'un général, on ne ne prête pas à une réalisation vraisemblable.«Avec ce matériel, certainement dangereux s'on il veut les rendre croyable, Emilio Sagi parie sur la carte du jeu vif et l'il fait avec celle '' science scénique '' qui à lui est beaucoup conforme. Rythme pressant, avec gloses savoureuses sur l'intervention des serviteurs dans les affaires réels en l'acte premier et action animée sur un manège monumental, dans la seconde. [...] Un mise en scène apte parfaitement à ajourner aussi l'événement sans en trahir le sens original.»Marcelo Cervelló-Eroles, ibidem.
Un second paysage fluvial peint cette fois sur un fond en ASL300S - Light Sceno largeur 300 cm - Ignifuge, il est étendu ici à la terre dans l'atelier pendant le travail.
La couverture du manège est constituée d'un fond façonné aux tranches, réalisé avec le tissu ARI - Reps Ignitex, couleur 116 bleu et successivement peint.
Autres fonds réalisés en ASC - Sceno, couleur naturelle, ils ont été peints avec les draperies et les décorations d'un rideau.
Le rideau trompe-l'oeil peint sur les fonds en ASC - Sceno est installé ici sur le manège.
Opérette en deux actes
Musique
Amadeo Vives (1871-1932)
Libretto
Guillermo Perrín y Vico
Manuel de Palacios
Première
Madrid, Gran Teatro de Madrid, 14/6/1912

Scénographie
Daniel Bianco
Costumes
Jesùs Ruiz
Light design
Eduardo Bravo
Chorégraphie
Nuria Castejón
Mise en scène

Réalisation du décor
Saison
2008

Voir aussi ...

ARI - Reps Ignitex

Toiles

ASC - Sceno

Toiles

BGO - Gobelin impression digital

Impression sur tissu

FBR - Bruxelles

Velours

Rideaux de scène noirs

Rideaux acoustiques

UMI - Mimenet

Filets pour scénographie